James de Rothschild

La charité porte intérêts

Savoir donner pour recevoir…

James de Rothschild

Dinant un jour avec le baron James de Rothschild, Eugène Delacroix, le fameux peintre, lui confessa que depuis quelques temps, il cherchait en vain une tête qui pût lui servir de modèle pour un mendiant devant figurer dans un tableau qu’il était en train de peindre.

Regardant les traits de son hôte, l’idée lui était soudainement venue qu’il avait devant lui la tête désirés.

Rothschild, qui était un grand amateur d’art, consentit immédiatement à poser comme mendiant.
Le jour suivant, dans son atelier, Delacroix plaça un manteau sur les épaules du baron, lui mit un bâton dans la main,
et le plaça dans l’attitude d’un mendiant assis sur les marches d’un ancien temple romain.

L’artiste dut sortir un instant de la pièce, et pendant cette courte absence un de ses élèves favoris entra.
Le jeune homme conclut naturellement que le mendiant venait d’arriver, et tout en le regardant avec sympathie,
il lui glissa une pièce de monnaie dans la main.

Rothschild le remercia simplement, mit la monnaie dans sa poche, et l’étudiant s’en alla.
Le baron questionna Delacroix, et apprit que le jeune homme avait du talent, mais peu de ressources.

Peu de temps après, l’élève favori du peintre reçut une lettre lui disant que la charité porte intérêts,
et que les intérêts accumulés de la somme qu’il avait donnée à celui qu’il avait supposé être un mendiant
formaient une somme de 100.000 francs qui l’attendait à la banque Rothschild.

 

 

Print Friendly

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

:-D :) :wink: :( 8) :-P 8-O plus »